Née à la fin du XIXème siècle, la pourvoirie est un centre de villégiature situé au cœur des grands espaces permettant la pratique de la pêche et de la chasse.  Rendez-vous incontournable des amoureux de la nature, des pêcheurs et des élites, les pourvoiries se sont démocratisées au fil du temps et attirent désormais un large public.

Hiver comme été, elles proposent des activités et services variés : motoneige, pêche sur glace, raquettes, ski de fond, quad, sports nautiques, randonnées, canoë, observation de la faune… Côté hébergement, les vacanciers peuvent profiter d’un environnement naturel privilégié sans sacrifier pour autant leur confort.  La gamme des hébergements proposés est vaste, du chalet traditionnel en bord de lac, en passant par l’auberge ou encore le pavillon.

4439-1_large_1120Capture7

Retour sur les origines des pourvoiries

Le concept de pourvoirie date de la fin du XIXème siècle. Le gouvernement du Québec décide alors de déléguer la gestion de ses domaines forestiers à des sociétés privées, pour la plupart américaines, chargées d’exploiter les ressources de ces vastes territoires et de les entretenir.  Ces milliers de kilomètres carrés de forêts et de lacs sont ainsi rentabilisés avec notamment la coupe de bois et, surtout, la mise en place de zones de chasse et de pêche.  Des clubs de chasse et de pêche très prisés voient le jour attirant des personnalités influentes du monde entier parmi lesquelles les présidents américains.  L’ourson Teddy Bear, si cher aux enfants, serait né lors d’une de ses fameuses parties de chasse où Roosevelt se serait retrouvé face à un ourson et aurait décidé de l’épargner.  Dans les années 1950, le Québec reprend la main sur ces territoires. Leur gestion est nationalisée et sont établies des zones d’exploitation contrôlées.
blackbearLa Fédération des pourvoiries du Québec (FPQ), créée en 1948 et mandatée par le Ministère du Tourisme, est en charge d’effectuer leur classification allant de 0 à 5 étoiles. L’établissement de pourvoirie désigne « une entreprise qui offre, contre rémunération, de l’hébergement et des services ou de l’équipement pour la pratique, à des fins récréatives, des activités de chasse, de pêche ou de piégeage ».

La mutation progressive des pourvoiries

Autrefois domaines réservés aux élites, la chasse et la pêche se démocratisent dans les années 60, et avec la pourvoirie. Les québécois peuvent à présent, comme les américains posséder leur ranch, acquérir une pourvoirie et profiter de la nature loin du tumulte des villes. Les pourvoiries, dans le même temps, diversifient les activités proposées et les hébergements. La cabane au fond des bois au confort rudimentaire évolue… Et avec la gamme des services offerts. Les amateurs de pêche peuvent toujours taquiner la truite mais les familles sont dorénavant également courtisées. Signe de cette mutation, une certification « Aubergiste de la forêt » misant sur la qualité de l’hébergement et sur la gastronomie a été créée par la Fédération des pourvoiries du Québec (FPQ). Chalets, auberges, pavillons sont proposés avec des activités variées, été comme hiver.

Des activités pour toutes les saisons

EssipitMotoneigeSi la pêche reste l’une des activités phares d’un séjour en pourvoirie, elle s’adresse désormais aussi aux pêcheurs occasionnels et aux enfants : pêche à la mouche, pêche sur glace, ateliers d’initiation… En été, les activités nautiques comme le canoë-kayak ou le rabaska, grand canoë utilisé par les amérindiens, sont au programme.  Les randonnées, à pied ou à vélo, sont également un bon moyen d’explorer les paysages. Avec les conseils éclairés de guides naturalistes, des activités d’observation de la faune sont proposées aux familles pour approcher l’orignal ou le castor. Les plus aventureux opteront pour des séjours « Vivre avec la nature » qui permettent d’apprendre les rudiments de la survie en forêt : ou comment trouver de la nourriture, construire un abri et allumer un feu. Certaines pourvoiries offrent l’occasion de se familiariser avec les us et coutumes des communautés autochtones : histoire, modes de vie, culture, connaissances de la faune et de la flore sont ainsi abordés. En hiver, on pratique la pêche sur glace et les activités de glisse sont privilégiées : patinage, motoneige, raquette, ski de randonnée, traineaux à chiens.PourvoirieP1010030

Auteur: Laurence Alexis, journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *